Nouvelles technologies : tous espionnés ?

12 avril 2019 | Interview TV |

Alors qu'un site américain vient de révéler que des employés d'Amazon sont chargés d'écouter les conversations des utilisateurs d'Alexa, une question se pose : adhérer à la révolution technologique nous oblige-t-il à abandonner une partie de notre vie privée ? Que savent vraiment de nous les géants du net ?

Par

Alexandre Lazarègue

Ils font de plus en plus partie de votre quotidien : lunettes connectées, montres, téléphones portables, ou même baskets connectées. Des objets qui en savent beaucoup de vous. Ils transmettent vos données personnelles, vos habitudes, vos goûts ou encore votre géolocalisation. Alors, sommes-nous tous espionnés ? Vincent Roca est chercheur à l’institut national de recherche dédié aux sciences du numérique (Inria). Il étudie depuis plusieurs années ces objets connectés. Et pour lui, ce sont tous des mouchards, des “objets susceptibles de remonter des informations à caractère personnel”, explique-t-il.

Google puni par la Cnil

Des données personnelles devenues de l’or, stockées dans d’immenses serveurs, étudiées, analysées par les géants d’internet. Officiellement, elles servent à améliorer leurs services. Mais que dit la loi ? “Le code de la consommation est tout à fait précis à cet égard. Il précise que les consommateurs doivent connaître précisément les éléments essentiels du contrat, ce qu’on va faire de leurs données personnelles“, affirme Me Alexandre Lazaregue, avocat spécialiste du droit numérique. En début d’année, Google a été puni par la Cnil, le gendarme français de la vie privée. 

Par

Alexandre Lazarègue

Autres articles

Les réseaux sociaux menacent-ils notre démocratie ?

Les réseaux sociaux menacent-ils notre démocratie ?

Sur CNEWS ce week end, je débattais de la menace que les réseaux sociaux peuvent représenter pour notre démocratie. Internet est aussi un espace criminogène où l’exercice du droit pénal est limité, compte tenu du caractère extraterritorial de ce mode de communication.

Share This